Une école sur l'eau, des bateaux en guise de bus scolaire, un rien dépaysant.

Pour revoir les sorties de classes, filles, garçons, et demain une sortie de classes mais sur la rive

_mg_4471_1

Mise à jour

Le monde ne tourne plus rond, les fortes chaleurs ont 1 mois d'avance et nous vivons depuis plusieurs jours (semaines) avec des températures proches de 40° (le maxi sera 45° en mai).

Mais voilà que les pluies sont là aussi avec 2 mois d'avance. Un orage digne de la saison des pluies. Chouette car la moto est toute propre, pas chouette, je suis mouillée jusqu'à la moelle, une douche chaude s'est imposé.

Chouette car je vous rassure la pluie est chaude et nous avons perdu un bon 10°, super pour passer une bonne nuit, enfin.

Chouette aussi, car je peux vous dire qu'il pleut dans la salle de bain et dans la cuisine, que l'eau de la rue se déverse dans le jardin, bon vous l'aurez compris pas cool.

Pour être honnête, j'en revais un peu, car au dessus de 35°, c'est un peu dur pour moi.

A demain

Bise

Anne

Mise à jour

Je ne sais pas comment l'info sera relayé mais Dith Pran est mort, vous ne savez pas qui il est ? Son histoire a inspiré le film La Déchirure (en anglais Killing fields). Avec Rithy Panh, 2 grands défenseurs de la reconnaissance des victimes du génocide cambodgiens de 1975 à 1979 qui a fait 3 millions de mort sur une population d'environ 7 millions.

Dith Pran a vécu les camps comme tant d'autres, il a réussi à rejoindre la frontière thaïe et retrouvé la liberté dans les camps de la croix rouge avant de devenir un grand photographe au New York Times.

Le Cambodge a perdu aujourd'hui un grand homme, j'espère qu'il sera honoré ici avec les honneurs qu'il mérite.

Je vous recommande de voir La Déchirure de Roland Joffé, S21 la machine de mort khmer rouge(documentaire avec les victimes et les bourreaux) de Rithy Panh, mais aussi Le papier ne peut pas envelopper la braise (documentaire sur la prostitution à Phnom Penh) de Rithy Panh

Il n'est pas facile de voir ses films encore moins en famille mais n'oubliez jamais que c'est une réalité, difficile à supporter, difficile de croire que des hommes et des femmes ont pu faire de tel chose mais le génocide a existé.