Non je rigole mais je dois vous dire que même s'il ne pleut pas depuis plusieurs jours, nous sommes rentrés dans la grande période des pluies et que malheureusement la ville est presque sous l'eau.

Je ne parle pas des maisons mais des rues. Il y a plusieurs grandes artères dans la ville, la N6 qui va de la Thaïlande à Phnon Penh, les deux avenues qui longent la rivière et Sivatha.

A chaque pluie, Sivatha se gorge d'eau puis refoule les eaux d'égouts pour finir par créer une deuxième rivière dans la ville avec de l'eau jusqu'au genoux.

Pas facile de circuler en moto et pire encore, avec ma peau de barang (français) et mes dizaines de boutons sur les jambes, les infections guettent.

Et pour les habitués, vous avez peut être deviné, même si je me désinfecte toujours les pieds et les jambes après une traversée de Sivatha, je n'ai pas échappé à l'infection.

rue_pluie_Psar_Cha_012

Et pour bien enfoncer le clou, j'ai fait une allergie aux médicaments (fièvre, étourdissements).

Le quotidien d'une française pas si fragile que ça mais qui dit Stop.

J'ai décidé que les moustiques n'auront pas ma peau, que les infections ne s'installeraient plus chez moi.

Vous voyez le quotidien n'est pas fait uniquement de confitures et autres confiseries.

Sinon, il faut que je reste prudente avec ma moto car la communauté française (300 personnes) a subi 2 accidents en 15 jours et là aussi, nous avons à l'unanimité dit Stop.

Pour ma part, port du casque obligatoire, ne pas me croire plus forte et plus intelligente que les autres et non les accidents n'arrivent pas que aux autres.

Il faut préciser que les cambodgiens ne savent pas conduire. Ils ne regardent que devant eux, c'est donc à vous de faire attention, ils roulent à contre sens, ils roulent sur toutes les files disponibles, les stop, feux, ils ne connaissent pas et même s'ils peuvent coupés par une station service pour aller plus vite à un carrefour, ils n'hésiteront pas.

Queue de poisson, déboîtement sans regarder sont le lot quotidien de toutes personnes motorisées.

ma_moto

Je n'avais jamais conduit avant le Cambodge, seulement pour passer mon permis et j'avoue que ce petit plus de liberté risque bien de m'être indispensable à mon retour en France.

Nous avons engagé quelques travaux à la confiserie, alors promis, une fois terminé, je vous raconterai, photo à l'appui, nos journées de travail.

Nous avons pris un peu de retard pour le lancement du blog mais je devrais pouvoir vous en parler un peu plus la semaine prochaine.

J'ai bientôt fini de réorganiser la partie comptable et l'étude de marché est en bonne voie.

Je vous laisse et vous dit à bientôt.

Anne